Pour faire face aux critiques, l’actrice Audrey Fleurot a déballé sa vie dans le magazine Sept à Huit. Découvrez à quoi ressemble sa vie de famille !

La magnifique Audrey Fleurot a fait un carton sur TF1 avec la série “Mensonges, HPI : haut potentiel intellectuel”. Elle incarne le rôle principale de la loufoque mais très intelligente Morgane Alvaro qui aide les policiers à résoudre leurs enquêtes.

Plus de 10 millions de téléspectateurs se sont fédérés autour de cette fiction originale et drôle. On a suivi récemment également la comédienne dans la série “Le bazar de la charité” sur Netflix. A 44 ans, elle enchaîne les succès. Et les tournages.

Dimanche 5 août, au cours de son entretien avec la journaliste Audrey Crespo-Mara, Audrey-Fleurot est d’abord revenue sur la Une du magazine Lui pour laquelle elle avait posé en 2016. A l’époque, cette couverture avait beaucoup fait parler.

J’avais un challenge personnel où je me suis dit, si on avait dit à la fille de 14 ans ‘t’inquiète pas, là, tu galères, c’est dur, mais dans quelques années, on te proposera de faire la couverture de Lui’ ! Je l’ai vraiment fait pour moi en fait, et pour me ré-harmoniser avec ces années qui ont été vraiment, vraiment, difficiles. De me dire aussi ‘allez, j’en suis cap, je le fais’. Et j’en ai un très bon souvenir, vraiment. Je me dis, voilà, je l’ai fait. Vraiment, c’était psychanalytique pour moi.”, s’est-elle ainsi justifiée.

Audrey Fleurot: “Petite fille, j’étais boulotte, j’avais un appareil dentaire, des lunettes ”!

Depuis, la star de TF1 fait l’objet de beaucoup de fantasme. Mais la belle rousse avait décidé de poser pour ce magazine pour prendre une revanche sur sa jeunesse. Il faut savoir qu’Audrey Fleurot a vécu beaucoup d’épreuves à cause de son physique.

Petite fille, j’étais boulotte, j’avais un appareil dentaire, des lunettes ! J’ai moins 12 donc, moi, sans les lentilles, je n’aurais pas pu faire ce métier. Et puis, quand vous êtes rousse, il y a deux options. Soit vous essayez de vous faire un peu discrète, soit vous en faites une sorte d’étendard et vous revendiquez le truc. Donc je me suis lancée dans des coupes de cheveux… J’ai quand même eu une brosse…”, a ainsi lâché l’actrice face aux caméras.

Et d’ajouter : “Enfin, capillairement, je me suis quand même cherchée assez longtemps. Et puis, quitte à être voyante, je me suis dit, va pour du fluo. Le tout avec 10-15 kilos de trop, vous passez pas inaperçue. Donc, vous avez intérêt d’être rigolote.” C’est donc une métamorphose qu’elle a fait en passant à l’âge adulte. Pourtant, elle dit que l’image de femme fatale qu’on lui colle souvent ne lui correspond pas du tout.

Un vrai garçon manqué !

La star a même expliqué qu’elle faisait plutôt partie des garçons manqués. En tous cas, c’était l’avis de ses proches. “Je pense que j’ai un taux de testostérone un peu plus élevé que la moyenne. Du coup je me retrouve souvent dans l’équipe des garçons sur une espèce d’organisation de vie.”, a-t-elle en effet indiqué.

Puis Audrey Fleurot, qui élève un petit garçon de 6 ans, a abordé les critiques dont elle fait l’objet. Souvent en tournage, on lui reproche ainsi d’être une mauvaise mère. Alors elle n’a pas hésité à dire en toute transparence quelle était son organisation à la maison.

J’ai la chance d’avoir un compagnon qui travaille à la maison, qui garde les enfants, et moi, je suis sur les routes. C’est un schéma qui existe, mais qui est plus traditionnellement inversé.”, a confié en effet la star de TF1. Elle a ainsi trouvé un bel équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie familiale.

Dès qu’il y a le moindre problème, on focalise sur la mère.”

Et elle en a profité pour lancer un pic à tous ceux qui critiquent à tort et à travers. “Dès qu’il y a le moindre problème, on focalise sur la mère. Et c’est vrai que j’en ai un peu marre, parce qu’encore une fois, on ferait jamais ça avec le père !“.

Et de préciser : “Effectivement, je ne suis pas là tout le temps, mais quand je suis là, je compense. Ce que font plein d’hommes qui voyagent, et puis, ils reviennent, ils ont les bras chargés de cadeaux et personne ne se pose la question de quoi que ce soit.”, a-t-elle asséné, passablement énervée.

La star de TF1 regrette ainsi qu’on mette autant de pression encore à notre époque sur les mamans. “Et souvent les femmes le font vis-à-vis des femmes ! Donc, à un moment, on a voulu l’égalité, on a voulu travailler comme les hommes, avoir exactement les mêmes options. Voilà moi j’ai la chance d’avoir un papa qui est à la maison. Et moi je travaille à l’extérieur“.