Dix mois après le décès de Karl Lagerfeld, son ex-garde du corps, Sébastien Jondeau, est revenu sur les causes de sa disparition. Il a ainsi tenu à rétablir la vérité sur une fausse information qui circule depuis trop longtemps.

L’année 2019 aura été marquée par de nombreux décès. Outre des stars de la chanson et du petit écran telles que Marie Laforêt et Ariane Carletti, la France a perdu un monument de la mode en la personne de Karl Lagerfeld. Directeur artistique de la marque Chanel pendant plus de 30 ans, il était une figure emblématique de la semaine de la mode à Paris.


Lui, que ses fans pensaient immortel, s’est pourtant éteint le 19 février à l’âge de 85 ans. Et si beaucoup ont avancé qu’il était décédé d’un cancer du pancréas, la réalité serait en fait bien différente.

Dans les colonnes de Paris Match, Sébastien Jondeau, le garde du corps historique du Kaiser, a tenu à rétablir la vérité sur ce qui a vraiment causé sa disparition. « Karl souffrait d’un cancer de la prostate.

Et non pas du pancréas », a-t-il ainsi assuré dans les colonnes du célèbre magazine. L’homme de 44 ans se souvient d’ailleurs très bien du jour où l’ancien compagnon de Choupettea appris sa maladie.

Loading...


Sébastien Jondeau ne se remet pas de la mort de Karl Lagerfeld

Certains l’ignorent, mais cela faisait déjà quatre ans que Karl Lagerfeld était au courant de son cancer. Ce n’est autre que le 5 juin 2015 que le mentor de Baptiste Giabiconi a appris la terrible nouvelle.

« On était à Saint-Tropez. J’étais sur la plage avec un copain. Karl ne sortait pas de l’après-midi, il travaillait chez lui. Il m’a envoyé un message urgent.

Je l’ai rappelé dans la seconde : ‘“Jai un problème, je n’arrive pas à pisser” », lui avait confié le designer.


Dans la panique, Sébastien Jondeau se démène alors pour lui dénicher deux professeurs d’urologie, afin de lui faire passer des examens. Peu de temps après les résultats tombent :

« les taux étaient alarmants », se souvient celui qui a accompagné le Kaiser jusqu’à son dernier souffle. D’ailleurs, l’ex-garde du corps assure qu’il n’avait jamais vu son acolyte « si mal, si inquiet. »

Très proche de celui qui a été à l’origine de phrases cultes, Sébastien Jondeau a lui aussi très mal vécu la maladie de son mentor. A tel point qu’il n’en dormait plus la nuit.

« A l’intérieur de moi, c’était comme un champ de bataille », confie-t-il à Paris Match. Dix mois après la disparition de Karl Lagerfeld, il ne s’en est d’ailleurs toujours pas remis :

« Je fais tous les soirs des crises d’angoisse vers 17 ou 18 heures. » Il faut dire que comme il le rappelle très justement, il était « un peu le fils qu’il aurait aimé avoir à un moment de sa vie »