Loading...

Guy Bedos a tiré sa révérence le jeudi 28 mai à l’âge de 85 ans.

Famille, amis, fans…les hommages ont fusé de partout ; unanimes. Parmi ses plus proches, l’humoriste Muriel Robin, bouleversée, évoque avec grand émoi leurs amitiés, dans Quotidien, en mentionnant affectueusement le défunt comme étant un homme « rare » et « irremplaçable ».

Son entretien téléphonique avec Yann Barthès, le soir même de la mort de son camarade, en dit long. « Comment allez-vous ?, lui a demandé Yann Barthès.

« Bah doucement. S’il y avait un petit peu moins de décès dans la semaine de gens rares et un peu irremplaçables, ça irait un peu mieux. Mais sinon ça va », confiait avec humour Muriel Robin. Elle évoquait aussi dans la même lignée la mort de Jean-Loup Dabadie, survenue quelques jours avant celle de Guy Bedos.
Interrogé sur les derniers moments de son ami, elle a répondu, avec une once de réserve : « Oui, je l’ai vu mardi, j’ai pu l’embrasser, on s’est parlé et voilà, et puis on en restera là pour cette question ».

Sur un plateau télé, l’humoriste décrivait leur rencontre comme l’aube d’une histoire idyllique. « On s’est bien plu… C’est l’homme ou la personne même la plus tendre que j’ai rencontrée dans ma vie. Le regard qu’il avait sur moi, c’était un regard que je ne reverrais plus jamais de personne. Ce n’est pas possible un regard comme celui-là. C’est comme s’il était content que je sois en vie… Jamais personne ne me regardera comme ça ». En outre, elle n’a pas manqué de faire éloge du talent de son regrettable ami. « Il a inventé quelque chose. Il était le premier à faire un Zenith. La puissance, l’intelligence… ».