Bertrand Chameroy a fait une chronique sur Emmanuel Macron dans l’émission “C à vous” sur France 5. Les internautes ont crié au scandale !

Bertrand Chameroy a fait son retour à la télévision depuis la saison 2020-2021. L’ancien chroniqueur de Cyril Hanouna officie désormais aux côtés d’Anne-Elisabeth Lemoine. Mais il lui aura fallu traverser plusieurs années difficiles.

Dimanche 23 mai 2021, il s’était confié à nos confrères du Parisien : “Je m’étais mis une pression de maboule, à beaucoup bosser, à être hyper exigeant avec moi-même. (…) Je n’étais pas décédé. J’ai continué à travailler dans l’ombre, mais il y a eu un an vraiment sans rien. Et là, tu doutes.”, avait-il en effet expliqué.

À 32 ans, Bertrand Chameroy vient de quitter Europe 1 le jeudi 1er juillet suite à un licenciement. Dans les colonnes du Libération du 14 juillet 2021, il explique comment il prépare ses passages télé : “J’aime bien mettre de l’humeur, qu’on apprenne deux trois choses, et faire passer les gens par plusieurs émotions”, détaille-t-il en effet.

Bertrand Chameroy poussé à faire son mea culpa

Mais s’il aime ce travail, les conséquences de sa médiatisation sont parfois terribles. Bertrand Chameroy a commencé sa carrière au Grand Journal de Canal+. Il était alors stagiaire. Il a ensuite intégré les équipes de Jean-Marc Morandini sur Direct 8. Puis le public l’a vraiment découvert dans Touche pas à mon poste de 2012 à 2016. Le problème, c’est que cette émission est soutenue par une masse de fans appelés les “fanzouzes”? Et la vie privée de Bertrand Chameroy a vite disparu.

Dans la rue ou en boîte, pour mes proches, c’était devenu très compliqué. Moi, sorti du studio, je voulais juste une vie normale de mec de 20 piges”, a-t-il ainsi relaté. Mais il ne regrette pas l’expérience qu’il a acquise à côté de Cyril Hanouna. “Aujourd’hui, un magnéto qui ne part pas, c’est rien par rapport à ce que j’ai connu. Quatre ans de direct tous les soirs à côté de Cyril, qui peut se flageller avec un poisson à tout moment”.

Désormais à l’antenne du magazine “C à vous” depuis la rentrée, il vient déjà de commettre une énorme bourde aux yeux des internautes. C’est dommage, car il venait tout juste de prendre du galon ! En effet, l’année dernière, il n’officiait qu’en tant que speakerin, tous les vendredis. Maintenant, il a sa propre chronique quotidienne dans le rendez-vous incontournable de France 5.

Jeudi 2 septembre, son sujet portait sur la visite d’Emmanuel Macron à Marseille. Le président a rencontré des élèves d’une école du 13e arrondissement. Les enfants lui ont posé quelques questions.

TPMP: “Voilà tu sais où c’est Kaboul non ? Bah tu ne m’emm*rdes pas, tu fais comme les autres, tu me parles de McFly et Carlito“.

Dans la séquence montée par Bertrand Chameroy, on découvre ainsi le Chef de l’Etat répondre aux diverses questions. L’une d’entre elle se veut très sérieuse : “Est-ce-que l’on va aider Kaboul ?“. Le chroniqueur joue à coller des réponses inappropriées les unes à la suite des autres.

On découvre alors Emmanuel Macron passablement énervé. Le chroniqueur lance alors, pour résumer les idées qui traversent la tête du président : “Voilà tu sais où c’est Kaboul non ? Bah tu ne m’emm*rdes pas, tu fais comme les autres, tu me parles de McFly et Carlito“.

D’internautes irrités par ce montage ont alors fait circuler la vidéo. Ils ont ciblé Bertrand Chameroy, le critiquant pour sa malhonnêteté journalistique. Le principal intéressé a du répondre aux critiques et faire son mea culpa. “Dans le cadre de ma chronique légère, censée faire sourire, j’ai débriefé les questions réponses entre le Président et les élèves”, s’est-il platement excusé samedi sur ses réseaux sociaux.

Bertrand Chameroy, n’a pas lésiné sur les explications. “Le ‘Alors pourquoi tu me demande ça?’ tranchait avec le ton des autres réponses. J’ai donc choisi de diffuser le début de l’échange. J’aurais effectivement dû préciser que l’échange et les explications se poursuivaient pendant plusieurs minutes ensuite, je le reconnais. Ne mêlez pas les journalistes de l’équipe de ‘C à vous’ à cela, il n’y sont pour rien. Si faute il y a, c’est la mienne. Et ne cherchez pas de message politique derrière mes chroniques, il n’y en a pas. Ce n’est ni mon rôle, ni mon envie”.