Loading...

Julie Gayet a posté ce samedi 27 juin un cliché de l’avant-première du film « J’irais mourir dans les Capartes » d’Antoine de Maximy où elle posait devant un groupe d’individus.

Le cliché en question a créé un vif débat. Toujours traumatisés par la brusque arrivée de la crise sanitaire causée par le Covid-19, certaines catégories de gens sont très à cheval sur le respect des recommandations sanitaires en vigueur. Malgré que la seconde phase de déconfinement est lancée, la possibilité d’une deuxième vague de coronavirus n’est pas pour autant écartée. Et si certaines personnalités semblent l’avoir oublié, les internautes sont là pour les rappeler à l’ordre.

Un raz-de-marée de critiques


La compagne de François Hollande était effectivement entourée aux environs de 100 personnes. Rien de tel que pour agacer les internautes la pointant du doigt pour son « inconscience ».
Une nuée de commentaires s’ensuit : « Hallucinant cette salle bondée !! », « Franchement du grand n’importe quoi ! Grande émotion de voir ces gens collés et non masqués », « Distanciation et masque ! Bravooooo ! Reconfinement bientôt ! ».

Au tout début, l’actrice de 48 ans n’a pas tenu à se prononcer, mais au vu de ces multitudes médisances à son encontre, elle a décidé de sortir de son silence : « La photo peut paraître trompeuse…Nous n’étions pas collés. Seuls ceux qui étaient venus en ‘famille’… », Réagit-elle à un de ses détracteurs, pour ensuite revenir à un autre : « La salle a une capacité de 622 personnes et on était 260 avec une place vide entre chaque ‘groupes sociaux’… ».

Pour se disculper, Julie Gayet avançait que la décision d’avoir pris une photo en groupe, c’est justement pour éviter « avoir à faire un selfie » avec chacun d’eux. Et paraît-il, selon ses aveux, que les règles sanitaires ont bel et bien été suivies à la lettre. Que ce soit le port de masques ou encore l’usage des gels hydroalcooliques .